EURASIA LIFT

Human Rights Issues in Eurasia / Правовые Вопросы В Регионах Евразии

Dans Les Prisons Russes Avec Wikileaks

Posted by Info on 29/12/2010

«Corrompu», «cruel», «prisons des Tsars»… En 2008, l’ambassadeur américain dressait un constat du système pénitentiaire russe précis et désabusé, dans un câble diplomatique révélé par WikiLeaks.
«le système pénitentiaire russe regroupe toutes les caractéristiques emblématiques du pays – de vastes distances, un climat difficile et une bureaucratie insensible – et est un instrument massif de punition».

Il note ainsi que, «après les Etats-Unis», la «proportion d’hommes en prison rapportée à la population est la plus élevée du monde». En juillet 2008, il y avait ainsi approximativement 889.600 personnes incarcérées, dont 63.000 femmes et 12.100 mineures. Cette moyenne de 630 prisonniers pour 100.000 habitants est la plus élevée du monde, derrière les Etats-Unis (702 pour 100.000).

Le ministère de la Justice russe doit en théorie gérer plus de 700 prisons, ce qui ne prend pas en compte les prisons militaires. Mais, à l’intérieur des centres de détention, l’ambassadeur explique que les gardes protègent surtout le périmètre et les accès, et la sécurité globale en général. Ensuite, certains prisonniers sont poussés, voire forcés, à surveiller les autres, à devenir des kapos en quelque sorte.

Le câble estime que «la faible paie et le prestige limité des fonctionnaires et des gardiens de prison, combiné avec un manque de supervision et de responsabilisation, ont créé un système basé sur la cruauté et la corruption».

Les conditions de détentions dans les SIZOS, les centres de détentions provisoires, sont pires que dans les prisons elles-mêmes: «souvent, il n’y a pas de toilettes et les détenus doivent utiliser des sceaux». Les risque d’infections et de maladies augmentent évidemment dans ces lieux, ils seraient 41 500 détenus à être séropositifs, ce qui représente environ 10% des cas du pays…«littéralement en ruine, c’est dangereux de marcher dans les couloirs, et les cellules, dans lesquelles ils manquent toutes les commodités, sont plongées dans le noir». Cela rappelle certaines des pires descriptions de l’Archipel du Goulag ou d’Une journée d’Ivan Denissovitch, d’Alexandre Soljenytsine.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: